Texte à méditer :  

Rêver un impossible rêve
Porter les chagrins des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir ou personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer même trop même mal
Tenter sans force et sans armure
D'atteindre l'inaccessible étoile
Telle est ma quête
Suivre l'étoile ...

  
Jacques Brel
 
ARTICLES
CITATION

  « En lui était la vie et la vie était la lumière des hommes" évangile de Jean

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 40 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.abrulepourpoint.fr/data/fr-articles.xml

LE MUSÉE DE LA MUSIQUE

Le mode d'attaque, la forme et la matière de la caisse de résonance, le soutien ou non de sa vibration définissent le timbre de L'INSTRUMENT DE MUSIQUE. S’ajoutent la hauteur, la durée et l'intensité du son qui s’élance en vibration et la convertit en tonalité …

230px-Clavicorde_Leepante.JPGLaissons-nous guider ! Découvrons les merveilleux objets de ce MUSÉE DE LA MUSIQUE …Au XVIIème, malgré la domination de l’Italie, l’autoritaire Louis XIV imposa son attrait pour les fêtes et propulsa Jean-Baptiste Lully "Surintendant et compositeur de la musique du Roy"! La musique est l’apanage de l’élite, Molière ne se moque-t-il pas des prétentions de son Bourgeois Gentilhomme avec ses maîtres de musique et de danse ? Tandis que les instruments se modernisent dans toute l’Europe, en France "les faiseurs d’instruments de musique" s’organisent en corporation : le facteur Jacques Dumesnil pour les bois, une "Pochette" (1655) ancêtre du VIOLON. Une seule pièce en bois de violette ciselée et incrustée d’ivoire. Encore une GUITARE (1648 originaire du monde arabe). Prisée par les nobles, car très maniable. Le LUTH (ici un Jacob Hes vénitien 1586), adopté depuis le Moyen Age, nous vient aussi des arabes qui répand déjà les préludes, fantaisies, danses, transcriptions de pièces vocales sacrées et profanes ; premières notes à être imprimées. Déjà, la CONTREBASSE, là de viole, (1550) à seulement 5 cordes et un manche plus large ; les côtés de son chevillet s’orne de délicates sculptures. Enfin le CLAVECIN (ici un Faby de Bologne 1677) élaboré à la fin de la Renaissance, il s’affirme maintenant en élément central de la basse continue. SaFanfareEA2.jpg luxueuse décoration démontre encore la fortune du milieu auquel il appartient. Tels retentissent les instruments des plaisirs et de la Chapelle (avec les voix humaines). Pour parfaire et cultiver l’admiration, Louis XIV institua "La Grande Écurie": solennités extérieures ou parades militaires à cheval Trompette, hautbois, fifres, cornets, tambours et timbales, jusqu’aux trompettes marine ! Le Grand Ecuyer et ses musiciens profiteront de charges officielles héréditaires. Si la TROMPETTE existait dans l’Antiquité, droite au Moyen Age, ici, (Hass Nuremberg 1671), elle se recourbe, il n’en faut pas moins de 4 pour escorter le carrosse royal…

Nous renoncerons à tout le rituel de la chasse pour déchiffrer, au XVIIIème, les Lumières, la Révolution de 1789 et Napoléon qui vont installer la musique classique occidentale à la stradivarius.jpgfois en soliste et en orchestre de concert. Bénéficiant du déclin de Versailles les hôtesses des salons parisiens, grandes bourgeoises, se délectaient de l’eurythmie de la HARPE (frères Errard 1799), ici un décor sobre et une machine à fourchettes qui facilite le jeu. Ce système s’améliorera vers 1810 à double mouvement, toujours utilisé, qui révèle la gamme chromatique. Essor des FLÛTES à bec basse, ténor et alto : là nous trouvons la famille normande Hotteterrre faiseurs habiles et enseignants à la fois. En un unique bois fruitier plus l’ivoire pour les puissants ! La CLARINETTE (Geist Paris 1760), introduite par Rameau, elle se développe grâce à Mozart. L’ajout de clefs aide les doigtés offrant une plus grande souplesse mélodique. D’ailleurs, Beethoven et Schubert enjôlés par son timbre en useront avec prédilection. Enfin le PIANO ! D’abord, l’intermède du CLAVICORDE, cher à la famille Bach, aux nuances et effets de vibrato. Divergeant du clavecin à cordes pincées, le mécanisme à cordes3_saxophones.jpg frappées du piano permet de réguler l’intensité sonore, d’accéder aux crescendos et decrescendos, du piano au forte. Une faculté en consonance avec la prédilection esthétique de la seconde moitié du XVIIIème, approchant le préromantisme, surtout en Allemagne, métaphore de l’investissement du compositeur et la réceptivité de l’audience. L’un des premiers pianos à queue date de 1788, produit par Pascal Taskin, (héritier des fameux facteurs de clavecins parisiens Blanchet) doté d’une mécanique innovante, en particulier pour l’accorder. Deux génies, Chopin, éveilleur de colorations chatoyantes d’affectivité et Liszt ouvrant les progrès technologiques et corporels pour la pianistique… Autre cœur de l’orchestre, le VIOLON, et l’incontournable Stradivarius de Crémone qui établit, dés 1770, l’agencement d’aujourd’hui. Perfection à laquelle s’ajoute l’élégance inégalée de sa ligne ! Un italien, Paganini, galvanisa les foules prouvant l’impact du soliste. Le luthier français, Nicolas Lupot (1758/1824) conçut le manche moderne du violon.

Ainsi se crée peu à peu l’orchestre dont nous nous délectons. Le chant, réservé à la religion et divisé, pour l’opéra, par la Querelle des Bouffons, polémique parisienne confrontant les partisans de la musique française avec Jean-Philippe Rameau aux partisans de l’italien avec Jean-Jacques Rousseau. Grâce aux concerts publics, à l’augmentation à la fois des musiciens et des compositeurs, l’auditoire discerne et s’enthousiasme pour les airs novateurs, concerto, symphonie, sonate… Nous n’oublierons pas Schubert, né en 1797 et mort à 31 ans :fils spirituel de Mozart, frère de Beethoven, premier romantique,"Une tête légère cache souvent un cœur trop gros. Quand je voulais chanter l’amour c’était de la douleur pour moi. Et quand je voulais chanter la douleur, c’était pour moi de l’amour". S’ensuit une emphase débordante jusqu’aux excès wagnériens, qui pousse les facteurs à batterie.jpgdonner aux instruments plus de puissance, d’étendue et d’ergonomie. Novations téméraires, l’OCTOBASSE (Jean-Baptiste Vuillaume 1850) sorte d’énorme contrebasse que seul Berlioz utilisa dans son Te Deum inaugurant l’Exposition universelle de 1855. Plus tôt l’autrichien Cyrill Demian facteur d’orgues et de piano breveta un instrument à anches libres, ACCORDION expérimenté à Paris dès 1830 par Fourneaux. Limité aux salons afin de transcrire le répertoire savant avant de se transformer en populaire accordéon. Quant à l’illustre belge Adolphe Sax (1814/94), il inventa et industrialisa la famille complète des SAXOPHONES qui aura du mal à s’intégrer dans l’orchestre ; l’armée lui donnera ses lettres de noblesse – juste avant le jazz ! L’originalité de Sax : la conscience que la colonne d’air est plus importante que le matériau utilisé dans les instruments à vent. Justement, Ravel, aux USA, va explorer les clubs de Harlem dont il insèrera les ingrédients rythmiques et stylistiques dans son Concerto en sol pour piano et orchestre. Naturellement la batterie sera essentielle pour le jazz et plus tard pour le rock et la musique électronique qui figurent en bonne place pour la période contemporaine. Vous y chercherez une des premières guitares de Brel…

Restent les musiques du monde : Afrique, Monde Arabe, Amériques et Asie, dont le lyrisme et l’originalité captivants soufflent la fantasmagorie d’un zéphyr qui nous aide à nous décentrer de la vielle Europe ! Et ce musée – à nul autre pareil déploie "Au sein de la Cité de la Musique un espace où facture instrumentale et pratique musicale dialoguent, où la connaissance historique rencontre l’interprétation vivante, où professionnels et amateurs partagent un même esprit de découverte", Eric de Vissscher (directeur du Musée de la Musique).    

Anne-Flore Urielle


Catégorie : - MUSIQUE
Page lue 1164 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !