Texte à méditer :  

Rêver un impossible rêve
Porter les chagrins des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir ou personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer même trop même mal
Tenter sans force et sans armure
D'atteindre l'inaccessible étoile
Telle est ma quête
Suivre l'étoile ...

  
Jacques Brel
 
ARTICLES
CITATION

  « En lui était la vie et la vie était la lumière des hommes" évangile de Jean

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 40 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.abrulepourpoint.fr/data/fr-articles.xml

PSAUMES DE MAROT

23 - Dieu mon berger me conduit et me garde

[1] Dieu mon berger me conduit et me garde.
J’entends sa voix et vers lui je regarde.

Il me fait paître en de verts pâturages.
Au long des eaux sous la paix des ombrages ;
Et pour qu’en moi son amour s’accomplisse
[2]  Il me conduit aux sentiers de justice.
Quand il faudra marcher dans la nuit sombre,
Quand de la mort je traverserai l’ombre,
Je n’aurais point peu en ma détresse
Car tu te tiens auprès de moi sans cesse ;
[3] C’est ton bâton, mon Dieu qui me rassure.
Tu viens dresser la table de la fête,
L’huile odorante a parfumé ma tête,
Un vin de joie en ma coupe déborde ;
Nul n’ôtera ces biens que tu m’accordes.
Accompagné chaque jour d’heure et heure,
Dans ta maison je ferai ma demeure.

8  Ton nom, Seigneur est un nom magnifique

[1] Ton nom, Seigneur est un nom magnifique !
Sans fin la terre en reprend le cantique ;

Et le répond de toute sa beauté
A la splendeur du ciel illuminé.
[2] Mais tu choisis la louange parfaite
Des plus petits enfants qu’on allaite,
Pour révéler le secret de ton nom ;
Ainsi leur voix à l’orgueil répond.
[3] J’ai vu ta main peupler le ciel immense
De tant de feux qui tournent en silence
Et j’ai pensé : cet homme si petit,
Qu’est-il, Grand Dieu que tu en aies souci ?
[4] Presqu’élevé à la grandeur divine,
Puisque sur terre il gouverne et domine,
Tu l’as de gloire et d’honneur couronné,
Et tu as placé toute chose à ses pieds.
[5] Tous les troupeaux qui vont aux pâturages,
Dans la forêt les animaux sauvages,
Tous les oiseaux qui volent dans les airs,
Tous les poissons sur les chemins des mers.
[6] Ton nom, Seigneur est un nom magnifique !
Sans fin la terre en reprend le cantique.
Le Fils de l’homme, en son humilité,
En fait partout resplendir la beauté.

33 - Réjouis-toi peule fidèle

[1] Réjouis-toi peule fidèle
Acclame Dieu à pleine voix !

Sa louange est séante et belle
Dans la bouche des hommes droits.
Sur un air de fête
Sonnent les trompettes
Pour un chant nouveau ;
Les cors, les cithares,
Les voix les plus rares,
Les sons les plus beaux !
[2] Ta parole agit sur la terre
Avec droiture et vérité.
Partout son œuvre de lumière
Y fait rayonner ta bonté.
Que ta voix résonne
Le chaos s’ordonne,
Le ciel resplendit ;
Sources et rivières
Arrosent la terre
Le désert fleurit.
[3] Tu brises l’orgueil des puissances
Et tous leurs plans sont renversés,
Mais tu poursuit sans défaillance
Les projets que tu as formés.
Si cherchant sa route,
Un peuple t’écoute,
Il vivra heureux ;
Il verra les signes
Qui déjà désignent
La cité de Dieu.
[4] Dieu qui créa le cœur de l’homme,
L’observe sur tous ses chemins ;
Nul à sa vue ne se dérobe,
Il connaît l’œuvre de leurs mains.
Dans les jours d’alarme,
Vaines sont les armes
Au bras du plus fort ;
Dieu seul nous délivre
Des mains de la mort.
[5] Seigneur, notre âme est confiante
Ta parole est son bouclier ;
En toi elle a mis son attente
Et sur ton nom veut s’appuyer
Ton amour habite
L’homme qui médite
Ta promesse, Ô Roi,
Et ta bonté garde
Qui vers toi regarde,
Qui espère en toi.


Catégorie : - POESIE
Page lue 814 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !