Texte à méditer :  

Rêver un impossible rêve
Porter les chagrins des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir ou personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer même trop même mal
Tenter sans force et sans armure
D'atteindre l'inaccessible étoile
Telle est ma quête
Suivre l'étoile ...

  
Jacques Brel
 
ARTICLES
CITATION

  « Le vrai travail c'est quand je cherche avec l'air de ne rien faire...chercher une idée et espérer qu'elle vienne, ça oui c'est du travaii !" René Gosscinny

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 40 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.abrulepourpoint.fr/data/fr-articles.xml

   Pour se procurer "Le Bonheur conforme" et "Le Songe des Arbres et la Rumeur qui passe" publiés aux voir article dans ce site "ETRE ET AVOIR" et "Revivifier l'humanisme" Éditions de Beaugies - AFBH / 205 rue de Fey / 60640 Beaugies-sous-Bois / Contact: afbh@orange.fr
Mon ami François BRUNE vient de publier un nouveau livre : "L'INSCRIPTION DE BENJAMIN" (Éditions Beaugies) :L’Inscription de Benjamin se présente comme un dialogue, au sujet d’un roman qui porte ce même titre. Il y a, certes, une « histoire »de Benjamin dont un certain nombre de situations, plus ou moins « romanesques », plus ou moins « banales », seront esquissées. Mais on ne sait rien de ce livre et de son héros en dehors des échanges des deux protagonistes qui y renvoient.Ces deux interlocuteurs sont mis en scène dans le prologue. Ils se sont rencontrés au Quartier latin.L’un d'eux, personnage central, est Pierre-Jean Philippe, critique éminent, fasciné par L’Inscription de Benjamin, qu’il vient de dénicher dans des circonstances qu’il juge mystérieuses. Sans être le « narrateur » du roman, il a un tel besoin d’en parler qu’il en retrace quelques épisodes, comme on commenterait une suite de diapositives, citant même parfois, de mémoire, quelques extraits. Ces évocations des moments supposés « vécus » par Benjamin sont retranscrites en italiques.L’autre personnage, celui qui dit « je », est à la fois un contradicteur qui ne s’en laisse pas conter, et le témoin « objectif » qui nous rapporte les propos tenus au cours de ce dialogue animé. Il représente, si l’on veut, « François Brune » jouant, l’espace d’un soir, l’ami (fictif) qui écoute plus ou moins patiemment Pierre-Jean Philippe, et le pousse dans ses retranchements...http://www.editionsdebeaugies.org/ Pour plus de détails :http://larbremigrateur-fb.blogspot.fr/ Dépéchez-vous !: En cliquant ci-dessous, vous pouvez accéder à l'épisode 16 du Cérébro-scripteur : (et les suivants !) http://www.editionsdebeaugies.org/cerebro16.php?l=8

"Y A-IL un SALUT POUR LES SALAUDS ?"  et 14 autres questions banales mais difficiles  sous la direction du pasteur ALAIN HOUZIAUX
Quand on parle de salut, on pense tout de suite à la vie éternelle et au « paradis ». Mais le salut, c’est aussi découvrir la paix et la guérison alors qu’on se sentait perdu. Le fait d’avoir été un salaud ou de s’être ressenti comme tel prédispose à la découverte du salut.Ceux qui se convertissent à la foi et découvrent ainsi une vie nouvelle ont d’abord souvent connu une vie qu’ils rejettent.Et pour ce qui est de la vie éternelle ? Dieu, nous dit l’Évangile (Mat. 13, 24-30), recueille la moisson de nos vies et la garde dans le grenier de son éternité. Mais heureusement, il ne moissonne pas tout. Il ne prend que le bon blé et laisse l’ivraie, et même chez le pire des salauds, il y a du bon grain. Le reste est laissé au feu, et c’est bien ainsi.On peut aussi lire la parabole du Jugement Dernier (Mat. 25, 31-46) dans le même sens. Dieu, nous dit-elle, est à la fois juste et clément. Il fait le tri entre les bons qu’il accueille et les mauvais qu’il rejette. On peut comprendre que c’est à l’intérieur de chacun des hommes qu’il opère cette sélection. Pour les salauds comme pour les autres. Il ne garde en sa mémoire éternelle que les moments de tendresse et de repentir.Dernier point. Le Credo dit qu’après avoir été crucifié, Jésus-Christ est descendu aux enfers. Qu’allait-il faire dans cette galère ? Selon la première épître de Pierre (1 Pi 3, 18-20), il est allé y prêcher à ceux qui y étaient emprisonnés à cause de leurs péchés. Il les a délivrés pour qu’ils rejoignent avec lui le ciel de Dieu. Ainsi le Christ conduit au ciel les païens et les « salauds » de toutes sortes.Et j’ose espérer que Dieu sauvera même les chrétiens qui, bien qu’ils se réclament du message du Christ, continuent néanmoins, bien souvent, à rejeter les salauds.

A LIRE ABSOLUMENT : Lionel Jospin  "Le mal napoléonien"
Enfin une analyse sûre face à l'ensemble des hagiographies ! LIONEL JOSPIN, dessine le profil d’un soi-disant génie qui ne sut gérer ni son destin ni celui de la France agissant en autocrate impulsif qui mit en place un népotisme effronté et une quasi dictature de l'armée. [Je souhaite vivement que les lecteurs aient l’honnêteté d’avaliser ces arguments attestés] qui fait œuvre de salubrité publique en des temps où les stars occultent la réalité. De plus,le développement sur le bonapartisme devrait étayer une réflexion tout à fait capitale du dirigent et, surtout du citoyen, sur la définition de la démocratie qui ne semble pas encore avoir trouvé de solution après deux siècles qui auraient du conduire une réflexion plus fructueuse d'un homme d'Etat rare...

A LIRE ABSOLUMENT : "CONTRE ZEMMOUR" Réponse au "Suicide Français" Noël Mamère et Patrick Farbiaz (éditions "Les petits matins" 7€50)

"Défense et illustration de la langue française aujourd'hui" collectif de Marie-Claire Bancquart, Silvia Baron Supervielle, Tahar Ben Jelloun, Alain Borer, Michel Butor, François Cheng, Michel Deguy, Vénus Khoury-Ghata, Marcel Moreau, Jacques Réda et de Jacques Roubaud Collection Poésie/Gallimard, Hors série, GallimardParution : 14-03-2013
Quand en 1549, Joachim Du Bellay fait paraître La Défense et Illustration de la Langue française, il entend, on le sait, affirmer la «vénusté et dignité» du français face au grec et au latin, mais aussi combattre le «Monstre Ignorance» et surtout assigner aux poètes la tâche de refonder et d’enrichir une langue tenue pour «vulgaire et barbare».Autres temps, autres barbaries, autres combats mais peut-être même nécessité et même devoir : ne revient-il pas aujourd’hui aux écrivains, aux poètes, face à la domination d’une langue «moyenne» hâtive et désinvolte, asservie aux visées manipulatrices de la communication, de maintenir et de refonder sans cesse une langue affranchie, de revendiquer, par objection souvent, le droit à la nuance, au subtil, à la densité et à l’imprévu?

ALAIN BORER "De quel amour blessée" Réflexions sur la langue française Gallimard Parution : 02-10-2014
Qu’est-ce qui constitue le projet d’une langue, en quoi la langue française est-elle à nulle autre pareille? Comment croire et comprendre qu’elle disparaît sous nos yeux à une telle vitesse, et avec elle une civilisation? Ces pages s’attachent à identifier un héritage collectif inestimable, à donner la mesure d’un trésor. Écrites dans un style délié et jubilant, elles se lisent non comme un éloge ou une célébration, mais comme une suite de dévoilements par lesquels se révèle la richesse d’un français que nous utilisons en sous-régime, inconscients le plus souvent de ses immenses possibilités. Le lecteur, hautement réjoui par l’éblouissante érudition de ce texte, trouvera, plus que la description d’un désastre à venir, un chant d’amour à notre langue, qui se pose aussi en œuvre de salut public.

Les 7 Laïcités Françaises JEAN BAUBEROT [éditions  de la Maison des éditions de l'homme 2015 /12€]

Une laïcité qui repose sur un débat "gallican" : pour apporter un peu de rigueur, l'auteur a pointé, selon l'idéal  type formalisé par Max Weber ces 7 modèles. L'immense intérêt de ce livre est une saine clarification des différentes compréhensions - aide précieuse à la réflexion et au débat !

Abdennour Bidar : "LETTRE OUVERTE AU MONDE MUSULMAN" : Dans l'actualité la plus brûlante un normalien philosophe français (d'origine musulmane - qui a remplacé A. Meddeb à France-Culture) : "Cher monde musulman je te vois en train d'enfanter un monstre qui prétend se nommer État islamique.... Ce problème est celui des racines du mal. Car ce monstre en réalité est sorti de ta propre crise de civilisation... Et en face de toi l'Occident connaît une étrange crise en miroir: lui c'est au contraire une déliaison généralisée qui le frappe - à commencer par celui qui peut relier l'existence humaine à une signification sacrée ! Chacun renvoie ainsi à l'autre l'image inversée de lui-même : la fossilisation du rapport au sacré d'un côté contre sa disparition de l'autre ; un sacré devenu totalitaire contre un sacré devenu introuvable. Comment donc vous étonner l'un et l'autre que vous passiez autant de temps à vous accuser ?..."


 


Catégorie : ARTICLES - LITTERATURE
Page lue 26807 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !