Texte à méditer :  

Rêver un impossible rêve
Porter les chagrins des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir ou personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer même trop même mal
Tenter sans force et sans armure
D'atteindre l'inaccessible étoile
Telle est ma quête
Suivre l'étoile ...

  
Jacques Brel
 
ARTICLES
CITATION

  « Le vrai travail c'est quand je cherche avec l'air de ne rien faire...chercher une idée et espérer qu'elle vienne, ça oui c'est du travaii !" René Gosscinny

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 40 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.abrulepourpoint.fr/data/fr-articles.xml

JONAS chapitre 4 suite et fin

arcenciel.jpg      Nous sommes devant une « première » !
   Dans les autres livres prophétiques, les prophètes protestent pour de bonnes raisons.
   Ils protestent parce qu’ils ne sont pas écoutés.
   Ils protestent contre le peuple parce qu’il ne prend pas au sérieux leurs promesses   ou avertissements.
   Ils protestent contre Dieu, lorsque le mal et l’absurde semblent s’imposer et que l’Eternel paraît absent.
   Jonas, lui, s’insurge et se désespère alors qu’il vit l’accomplissement de tout prophète : il prêche à Ninive, la population se repent et se convertit, le Seigneur renonce à ses projets de destruction.  Ainsi, Jonas devrait être dans la joie, louer Dieu ou, au pire, se prendre pour un grand prédicateur. Par orgueil ou par amour, il devrait être heureux.
   Pourtant, Jonas râle, boude, se fâche « très très fort » précise même le texte.
    Pourquoi un pareil mécontentement ?
    D’abord, Jonas reproche à Dieu l’inutilité de sa mission.
    Si l’Eternel avait décidé de pardonner aux Ninivites, pourquoi l’envoyer ?
   Il en veut également à Dieu d’avoir perdu toute crédibilité. Jonas a annoncé une catastrophe, il a même donné un délai de 40 jours et rien ne s’est passé. Il est dans la situation des « témoins de Jéhovah » qui ont daté à plusieurs reprises le retour du Christ ou de eux qui prévoient la fin du monde pour 2012.
Jonas est donc doublement vexé : vexé d’avoir été choisi pour une mission inutile, vexé de se sentir ridicule auprès des habitants de la région.

Soyons justes : Jonas proteste également pour des motifs plus profonds. Le prophète n’est pas seulement vexé, il est en crise. Et cette mission a servi de révélateur.bibles.jpg
Jonas, d’abord, n’intègre pas ce qu’il confesse, ce qu’il annonce.
Il sait que Dieu revient sur ses jugements ; il sait qu’il est, comme le proclame le psaume : « lent à la colère et riche en bonté » ; il l’a appris, il l’annonce … mais il n’y croit pas vraiment.  Sa foi est superficielle.
Jonas croit en son for intérieur que Dieu n’est bon que pour les gens bons, qu’il ne pardonne qu’à ceux qui n’ont pas vraiment besoin de pardon. Il croit cela … parce qu’il projette sur Dieu ce qu’il éprouve. Ainsi, Jonas est en crise parce qu’il n’arrive à faire coïncider ce qu’il proclame avec ce qu’il croit profondément.
Rappelez-vous !
Il dit aux marins que Dieu a créé l’univers mais espère se cacher de lui en traversant la Méditerranée. Il confesse un Dieu bon mais voudrait qu’il extermine les Ninivites. 
Sommes-nous si différents de lui ?
    Nous croyons que Dieu est amour et pardon ; et pourtant, nous conservons l’image d’un dieu qui récompense et qui punit.
       Nous croyons que l’homme ne se réduit ni à ce qu’il est, ni à ce qu’il fait ; et pourtant, nous attachons une importance disproportionnée à la réussite scolaire, professionnelle, financière.
     Nous croyons que Dieu nous veut du bien et nous hésitons à lui remettre tout ce qui nous bloque intérieurement, tout ce qui fait obstacle à la joie profonde de vivre, nous ce qui empoisonne nos relations.
     Inversement, nous croyons que Dieu n'est pas un marionnettiste tirant les ficelles de notre vie et, pourtant, nous le prions pour obtenir de lui un petit miracle, une petite guérison, une petite réussite.
Comme Jonas, nous peinons à réconcilier nos représentations de Dieu avec ce que nous disons croire. Comme Jonas, nous préférons parfois une idole qui nous ressemble à un Dieu « autre » que nous.

Seconde difficulté de Jonas : sa représentation univoque de Dieu.
Jonas est prêt à croire que Dieu est pardon ou colère mais ne peut admettre qu’il soit les deux. Or, si Dieu n’est qu’amour, la mission de Jonas serait inutile. Comment un Dieu d’amour détruirait-il Ninive ? Et si Dieu n’est que colère et jugement, alors sa mission n’aurait pas plus de sens.
Comment un Dieu juge pardonnerait-il aux Ninivites ? 
Ce que Jonas n’a pas encore compris, ce qu’il n’intégrera qu’à la fin de son aventure, c’est que Dieu n’est pas amour ou colère : il est un Dieu de relation, un Dieu qui fait alliance, il est un Père.
C’est pourquoi il aime et se met en colère.
C’est pourquoi il menace et espère toujours le retour ses enfants.  PALMIER.jpg

C’est pourquoi il espère que nous restions auprès de lui mais laisse la porte ouverte.
Jonas est en crise. Une fois encore, Il refuse de dialoguer avec Dieu. Car il lui reste encore une étape à franchir : comprendre que, pour l’Eternel, il y a plus important que l’orgueil d’un prophète, plus important même que les prophéties : c’est la vie des humains.
Pour résoudre cette crise, il va subir une dernière épreuve.
Pris de colère, Jonas s’est enfui, dans les faubourgs de Ninive.
    Il est sorti de la ville. Et il subit les assauts du soleil.
Alors, l’Eternel fait pousser une plante le protégeant du soleil. Jonas en éprouve une joie démesurée. Puis l’Eternel fait attaquer la plante par un ver, suscitant un immense désespoir. Il fait ainsi comprendre à Jonas que s’il se préoccupe d’un autre que lui-même, d’une plante, à plus forte raison le Seigneur se soucie des humains :
      « Tu as eu pitié de cette plante et moi, je n’aurais pas pitié de Ninive où vivent plus de 120.000 êtres humains ?»  
Alors, pour la première fois, Jonas cesse de fuir.
Pour la première fois, il accepte le dialogue.
Car il a enfin compris que Dieu n’est pas une idée mais un Père qui connaît ses enfants, qui se met en colère contre le gâchis de leur vie mais qui, envers et contre tout, croit en eux, espère en eux, et veut leur ouvrir un chemin de repentance et de conversion. Jonas est arrivé au bout de son chemin de foi.

Et nous, où en sommes-nous ?

Pasteur Vincent Nême-Peyron


Catégorie : ARTICLES - SPIRITUALITE
Page lue 104940 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !