Texte à méditer :  

Rêver un impossible rêve
Porter les chagrins des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir ou personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer même trop même mal
Tenter sans force et sans armure
D'atteindre l'inaccessible étoile
Telle est ma quête
Suivre l'étoile ...

  
Jacques Brel
 
ARTICLES
CITATION

  « Le vrai travail c'est quand je cherche avec l'air de ne rien faire...chercher une idée et espérer qu'elle vienne, ça oui c'est du travaii !" René Gosscinny

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 40 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.abrulepourpoint.fr/data/fr-articles.xml

B O N N      A N N E E  2012  à  T O U  S

Dans Luc chapitre 10 (versets 25/29)

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »feuArtifice.jpg
- « Et qui est mon prochain ? »
Et Jésus raconte la parabole du BON SAMARITAIN
Une autre parabole pourrait également illustrer ce « prochain » 
LA PETITE  PARABOLE RABBINIQUE
C’est l’histoire d’un vieux rabbin qui demande à ses élèves :
- « A quoi peut-on reconnaître le moment où la nuit s’achève et
où le jour commence ? »
- « Est-ce lorsqu’on peut sans peine distinguer, de loin, un chien
d’un mouton ? »
- « Non » dit le rabbin ».
-  « Est-ce quand on peut distinguer un dattier d’un figuier ? »

- « Non » dit, encore, le rabbin ».
- « Mais alors quand est-ce donc ? » demandent les élèves.
Le rabbin répondit :
- « C’est lorsqu’en regardant le visage de n’importe quel homme, tu reconnais ton frère ou ta sœur.
Jusque-là il faisait encore nuit dans ton cœur

MBAYE GANA  KÉBÉ (1936) (1)
Pour qu’un enfant soit heureux
Il me faut
Tout le pétrole d’Arabiefoie-gras.jpg
Pour éclairer les taudis
Il me faut
Vendre Apollo et Spoutnik
Pour acheter du mil
Et rassasier les petits
Qui ne mangent pas à midi…
Il me faut
Tout ce qu’il faut
Pour qu’un enfant soit heureux,
Pour qu’une larme soit séchée,
La larme d’un enfant. »

LA GRASSE MATINEE : JACQUES PREVERT                                 
« Il est terrible
le petit bruit de l'œuf dur cassé sur un comptoir d'étain
il est terrible ce bruit

sapin.jpg

quand il remue dans la mémoire de l'homme qui a faim
elle est terrible aussi la tête de l'homme
la tête de l'homme qui a faim
quand il se regarde à six heures du matin
dans la glace du grand magasin une tête couleur de poussière
ce n'est pas sa tête pourtant qu'il regarde
dans la vitrine de chez Potin
il s'en fout de sa tête l'homme il n'y pense pas. Il songe
il imagine une autre tête une tête de veau par exemple avec une sauce de vinaigre ou une tête de n'importe quoi qui se mange
et il remue doucement la mâchoire
doucement et il grince des dents doucement
car le monde se paye sa tête
et il ne peut rien contre ce monde
et il compte sur ses doigts
un deux trois
trois jours  qu'il n'a pas mangé  
et il a beau se répéter depuis trois jours
que cela ne peut pas durer 
ça dure..."

ABBÉ PIERRE (1)
Quand tu souffres
2_2.jpgAime ceux qui ont plus de larmes que toi dans plus de froid dans plus de faim
et plus seuls en eux-mêmes et quasi inexistants plus absents à eux-mêmes…
sous le plus défait, sous le plus souillé sous le plus raillé,sous le dernier des visages
le visage d’un homme
image de l’Éternel Invisible Visage. »

Rien n’est perdu : Christine Egger (2)
« Même la caresse que tu donnes à ton chien ne se perd pas sans laisser de trace
l’univers y gagne en douceur le Royaume de Dieu s’en réjouit
Même les graines que tu donnes aux oiseaux diminuent la faim de la terre
l’univers se trouve nourri de ta simple aumône.
Même l’eau que tu donnes à tes plantes fait pousser les racines de la Vie
l’univers se trouve arrosé du petit geste de ta main.
Même le sourire adressé au passant
ne s’estompe pas sans avoir engendré de la tendresse au cœur du monde
et Dieu lui-même en sourit. »

 

(1) Abbé Pierre : « Cent poèmes contre la misère »
(2) In « Évangile et Liberté » mensuel protestant


Catégorie : ARTICLES - POESIE
Page lue 94565 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !