Texte à méditer :  

Rêver un impossible rêve
Porter les chagrins des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir ou personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer même trop même mal
Tenter sans force et sans armure
D'atteindre l'inaccessible étoile
Telle est ma quête
Suivre l'étoile ...

  
Jacques Brel
 
ARTICLES
CITATION

  « Je relis Les Caractères, si claire est l’eau de ces bassins qu’il faut se pencher longtemps au-dessus pour en comprendre la profondeur » André Gide

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 40 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.abrulepourpoint.fr/data/fr-articles.xml

PRIER ET MEDITER AU QUOTIDIEN

 Psaume 139 1Au chef des chantres. De David. Psaume.

Éternel! tu me sondes et tu me connais,2Tu sais quand je m'assieds et quand je me lève, Tu pénètres de loin ma pensée3 Tu sais quand je marche et quand je me couche, Et tu pénètres toutes mes voies.4 Car la parole n'est pas sur ma langue, Que déjà, ô Éternel ! Tu la connais entièrement.5Tu m'entoures par derrière et par devant, Et tu mets ta main sur moi.6 Une science aussi merveilleuse est au-dessus de ma portée, Elle est trop élevée pour que je puisse la saisir.7 Où irais-je loin de ton esprit, Et où fuirais-je loin de ta face ?8 Si je monte aux cieux, tu y es; Si je me couche au séjour des morts, t'y voilà 9 Si je prends les ailes de l'aurore, Et que j'aille habiter à l'extrémité de la mer,10 Là aussi ta main me conduira, Et ta droite me saisira.11Si je dis: Au moins les ténèbres me couvriront, La nuit devient lumière autour de moi;12 Même les ténèbres ne sont pas obscures pour toi, La nuit brille comme le jour, Et les ténèbres comme la lumière.13 C'est toi qui as formé mes reins, Qui m'as tissé dans le sein de ma mère. 14 Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes oeuvres sont admirables, Et mon âme le reconnaît bien.15 Mon corps n'était point caché devant toi, Lorsque j'ai été fait dans un lieu secret, Tissé dans les profondeurs de la terre.16 Quand je n'étais qu'une masse informe, tes yeux me voyaient; Et sur ton livre étaient tous inscrits Les jours qui m'étaient destinés, Avant qu'aucun d'eux existât.17 Que tes pensées, ô Dieu, me semblent impénétrables! Que le nombre en est grand! 18 Si je les compte, elles sont plus nombreuses que les grains de sable. Je m'éveille, et je suis encore avec toi.19 O Dieu, puisses-tu faire mourir le méchant! Hommes de sang, éloignez-vous de moi! 20 Ils parlent de toi d'une manière criminelle, Ils prennent ton nom pour mentir, eux, tes ennemis ! 21 Eternel, n'aurais-je pas de la haine pour ceux qui te haïssent, Du dégoût pour ceux qui s'élèvent contre toI ? 22 Je les hais d'une parfaite haine; Ils sont pour moi des ennemis.23 Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon coeur! Éprouve-moi, et connais mes pensées !24 Regarde si je suis sur une mauvaise voie, Et conduis-moi sur la voie de l'éternité! (Version Louis Segond 1910)

   Cet homme se sent perdu. Ses ennemis l’accusent. Et comme toujours avec une calomnie, même ceux qui lui font confiance sont pris de doute. Et s’il était coupable ? Après tout, « il n’y a pas de fumée sans feu ». Cette situation, nous la connaissons : nous sentir incompris, accusés injustement. Et, du coup, comme le regard des autres sur nous a changé et que nous dépendons de ce regard, nous ne savons plus qui nous sommes vraiment. Dans l’un de ses livres, Simone de Beauvoir fait dire a une femme abandonnée les paroles suivantes : « Je ne sais pas ; non seulement qui je suis mais qui je devrais être. Le noir et le blanc se confondent, le monde est un magma et je n’ai plus de contours. Comment vivre sans croire à rien ni à moi-même ? » Dans pareille situation, comment se reconstruire ? Où retrouver des repères ?...

Pasteur Vincent Nême Perron

la suite : http://egliseprotestanteunie-abc.fr/

HALTE AU CLIVAGE !

"Ne le répétez pas à mon pasteur. Il serait déçu" "Cela je ne peux pas le dire à mes paroissiens, ils ne l'accepteraient pas"... Nous avons tous, en notre fort intérieur, des réticences plus ou moins avouées envers certaines convictions que nous sommes supposés avoir en tant que chrétien. Le pasteur James Woody dénonce ce clivage qu'il estime diabolique... Voir l'excellent numéro de "EVANGILE ET LIBERTE" (La politique dans la bible)

http://www.evangile-et-liberte.net/


Catégorie : - SPIRITUALITE
Page lue 3143 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !