Texte à méditer :  

Rêver un impossible rêve
Porter les chagrins des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir ou personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer même trop même mal
Tenter sans force et sans armure
D'atteindre l'inaccessible étoile
Telle est ma quête
Suivre l'étoile ...

  
Jacques Brel
 
ARTICLES
CITATION

  « En lui était la vie et la vie était la lumière des hommes" évangile de Jean

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 40 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.abrulepourpoint.fr/data/fr-articles.xml

TANGO

[2012, inscrit au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité]

 Connaissez-vous l'origine du mot ? Pour le négrier d'Amérique Latine c’était le lieu où il parquait les esclaves Tango_1.gifavant l'embarquement. D’autres se réfèrent au tambour. La danse apparut peut-être à Buenos-Aires entre 1850 et 1900, malgré les incertitudes sur sa forme harmonique : la "milonga" (mot africain), poésie chantée puis danse populaire au rythme double croche/double croche/croche/ croche, comme le choro brésilien parodiant les pas des noirs dans les faubourgs où les gauchos du Rio de La Plata les côtoyaient. Se distinguant de la habanera cubaine (croche pointée double) qui s’incorpora toutefois au tango argentin, elle dessine un profil de salon et populaire à la fois, plus les couples enlacés. En 1914 l’Association Argentine de Compositeurs organise un concert de tangos, lesquels sont aussi joués par la musique militaire. Ainsi acquiert-il ses principales figures qui se spécifient dans les salons en attitudes oscillatoires avec des appuis sur le temps et la distance entre partenaires ; dans les classes moins élevées, le tango est plus complexe avec ses syncopes sensuelles provocantes car les partenaires se touchent. Raison de la mise à l’index pour indécence par le pape Pie Xl ? (Réhabilité par Benoît XV). Aujourd’hui encore ces 2 sortes subsistent d’un côté les partenaires sont parallèles, de l’autre ils dessinent un V renversé dont la pointe permet aux joues de se joindre. Si les premiers tangos se rythmaient en 2/4, vers 1920, le 4/4 s'imposa. L’orchestre "Sexteto tipico" piano, contrebasse, 2 violons et 2 bandonéons. Selon l'orientation musicale, d'autres variations dans le choix des instruments sont possibles, celui-ci s'étendant d'une instrumentation minimale (avec Bandonéon solo) jusqu'aux orchestres géants de 30 musiciens. Le bandonéon, inséré par les immigrants (1880), dont la sonorité à vent évince la flûte transforma l’habanera en ligado grâce à la tenue du volume sonore voisin d’une voix humaine palpitante sinon gémissante. [inventé en 1850 par l’allemand Heinrich Band]. Instruments à boutons et à soufflet regroupés sous le nom de Konzertina, par son phrasé mélancolique, grave et cadencé soulignera la nostalgie inhérente au tango. Pendant les années 30 le tango se raffine auprès de la bourgeoisie argentine, passe par l’Europe qui raffole d’exotisme voluptueux …et retourne dans son pays natal débordant de ce halo ! Georges Clemenceau, "On ne voit que des figures qui s'ennuient et des derrières qui s'amusent". Ce qui paraissait inconvenant fera fureur ! 1940/55, l’Argentine sortant de la récession, la présidence de Perón correspond à la grande époque du tango, image de la réussite du peuple.CarlosGardel.jpg

Le tempo s’accélère et se renouvelle. Les orchestres se multiplient avec des musiciens célèbres : Aníbal Troilo, Osvaldo Pugliese, Francisco Canaro. On évalue environ 600 orchestres dans les années 1940… Apparition du tango-cancion dans lequel les instruments accompagnent un chanteur en particulier l’incontournable CARLOS GARDEL d’origine toulousaine 1890/1935 (accident d'avion). Distingué en 1902 par le payador (troubadour) José Betinotti et surnommé "El Zorzal Criollo" (La grive créole ?) il parviendra rapidement des bars banlieusards aux grandes salles du centre-ville. Gardel est caractéristique de ce tango dansé. En 1917, au théâtre Esmeraldas, il fait "monter le tango des pieds aux lèvres". La véhémence de son lyrisme dépasse le mélodrame douceâtre des autres chanteurs et change le tango en une lamentation éplorée (La Violetera, Mano a mano, …).Sa voix et sa prestance fascinèrent tous les publics au-delà des barrières linguistiques – un je ne sais quoi de fraternel? Phénomène d’identification à travers cet enchantement indéfinissable les Européens comme les Argentins en arrivèrent à le déifier ! 1935 "Volver" (le retour) enregistré à New York coïncidant avec sa disparition symbolise la dépression de Asror.jpgl’immigrant vagabondant à la recherche du havre d’amour. Et le mythe continue à incarner l’âge d’or du tango.

Vers 1960 on compose des tangos aux rythmes subtils et mouvants, difficiles à danser, plus adaptés au concert comme le jazz que pour la milonga.L'orchestre d'Aníbal Troilo utilise des arrangements très élaborés avec un style mélodique typé par le jeu du bandonéoniste à la fois soliste et chef d'orchestre. Ainsi émergea ASTOR PIAZZOLLA (1921/92). Élève de Nadia Boulanger à Paris pour l'art du quatuor à cordes. Mais très vite il s’inspirera des musiques populaires.Géniale osmose du tango avec des essences de Bartok ou Stravinsky et du Jazz Hard Bop. Piazzolla introduit la guitare électrique, et les chorus bebop de Malvicino apportent la couleur moderne. L'Octeto Buenos Aires adopte la recette composée de 50% de tangos traditionnels (negracha, a fuego lento, los mareados), 25% de compositions de Piazzolla (marron y azul Tango Ballet), 25% de composition des membres du groupe (Cabulero, Tangology, Haydee). Plus les poèmes de Jorge Luis Borges (chanteur Edmundo Rivero et l'acteur Luis Medina Castro…). Travailleur acharné Piazzolla contre tangueros traditionnels estimant que ce n'était pas du tango, répond : "C'est la musique populaire et contemporaine de la ville de Buenos-Aires" c'est-à-dire… du Tango. Mais un Tango tout neuf ettango-argentin1.gif émancipé.Il est le précurseur et principal représentant du tango d'avant-garde.

Donc, le tango s’impose d'abord en une marche sur les temps forts de la mesure (les temps 1 et 3 de la mesure à 4 temps du tango, le temps 1 de la mesure à 3 temps de la valse.) Lorsque l'on danse un contretemps, la marche s'accélère. Il n’y a pas de séquence conventionnelle à imiter ou assimiler. On danse selon son propre ressenti. Il n’existerait pas d’école de tango en bonne et due forme, cette initiation est une sorte de contrat pour la vie entière. L’homme ne conduit ni avec les bras, ni avec les mains, mais avec le buste, (le poids du corps)insaisissable à vue d’œil parfaitement compréhensible pour la partenaire. La danseuse maintient ainsi le pivot du couple, tout en gardant l'équilibre sur son propre axe, sans chercher à anticiper les pas. Jamais on ne prend en charge l’autre : le dialogue s’exécute à travers la communication corporelle. Au départ trajectoire naturelle, le tango devient ainsi l'une des danses les plus difficiles à dominer. A partir du pas, les schémas subtils et savants se transforment en luxuriance grâce à la connivence du couple. Nonobstant les spectacles exécutés dans les théâtres, le tango rioplatense repose sur l’impromptu et les sens, sans normes prescrites, toujours métamorphosé. Parfois l'imaginaire européen compare le tango à un style de salon désuet (même en cabaret). Cette caricature compassée ou rigide est non seulement fausse mais le contraire du tango argentin des bals, danse improvisée, très fluide, agile, véloce …

Anne-Flore Urielle  (voir dans "ETINCELLES" Astor Piazzolla à la Comédie Française)


Catégorie : - VOYAGE
Page lue 2908 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !