Texte à méditer :  

Rêver un impossible rêve
Porter les chagrins des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir ou personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer même trop même mal
Tenter sans force et sans armure
D'atteindre l'inaccessible étoile
Telle est ma quête
Suivre l'étoile ...

  
Jacques Brel
 
ARTICLES
CITATION

  « Le vrai travail c'est quand je cherche avec l'air de ne rien faire...chercher une idée et espérer qu'elle vienne, ça oui c'est du travaii !" René Gosscinny

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 40 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.abrulepourpoint.fr/data/fr-articles.xml

SAUVER LA RÉPUBLIQUE ?

   Unanimement redoutée (ou désirée) l’expansion du Front National semble paralyser l’esprit critique en particulier ceux dont la vocation devrait nous ouvrir les yeux pour stigmatiser des slogans qui s’incrustent dans les esprits. Par bonheur, loin des pavés (gribouillés par des nègres en littérature) narcissiques, redondants, singulièrement de mauvaise foi et très imprécis, quelques militants se jettent à l’eau sans fards mais concis: « Il y a une égale faiblesse à ne s’en prendre qu’à soi-même et à ne croire qu’aux causes extérieures. image7.pngD’une façon ou de l’autre, c’est toujours tomber à côté. Le mal n’est pas créé par nous ou par d’autres, il naît  dans ce tissu que nous avons filé entre nous, et qui nous étouffe. Quels nouveaux hommes assez durs seront assez patients pour le refaire vraiment ? » Merleau-Ponty (Signes 1960)

3 livres nous aideront-ils? un titre prophétique : « Les années trente reviennent et la gauche est dans le brouillard » Philippe Corcuff (Textuel). Il décortique la conjoncture de façon méticuleuse et exigeante, selon la métaphore de Merleau-Ponty (citée) la plaçant au cœur des exigences intellectuelles entre le simplisme des schémas conspirationistes et les méthodes des sciences sociales contemporaines. Certes, l’histoire ne se répète pas, mais cela ne doit pas escamoter des perspectives analogiques. Effleurant le pamphlet, l’auteur veut se différencier des antifascistes traditionnels :"Exhiber un grigri antinazi…n’est pas à la hauteur de la compréhension raisonnée des dangers d’aujourd’hui dans leurs similarités avec les déboires d’hier comme dans les spécificités d’un contexte nouveau". Pas de camps de concentration et d’extermination mais l’arrivée du Front National au pouvoir déchaînera une vague antidémocratique, raciste, antiféministe, homophobe qui se profile déjà à travers les discours stimulant ces clichés que mâchonnent les petits chefs. Analyse, à travers le prisme des travaux sociaux-historiques, de l’impact et du voisinage des idéologies révolutionnaires conservatrices mesuré au fascisme; néoconcervatisme et postfascistme. Puis il débrouille les amalgames sulfureux et puants d’une mangeaille idéologique néoconservatrice, xénophobe, sexiste, homophobe en phase de cuisson dans la France d’aujourd’hui (2 échantillons, Soral et Zemmour). Ensuite le développement de libelles despotiques d’un politiquement incorrect qui dévoient le social à des fins personnelles – diabolisant l’Europe (le on ne se sent plus chez soi de Finkielkraut rappelant Maurras). Enfin, l’examen de la vitalité spécifique au Front National afin de trouver une riposte de gauche. Réserve sur le péril du mot populisme accolé : plutôt réévaluer le beau mot de populaire dans ses polyphonies sociales et sa diversité culturelle contre ces versions essentialistes. Malgré cette exploration si pédagogique et approfondie on pourra peut-être en regretter l’abstraction parfois insaisissable de la dissection…

Autre concept :"Pour les musulmans" d’Edwy Plenel (La Découverte ). On y retrouve Finkielkraut et son problème de civilisation du à l’Islam (en écho au problème juif des XIXème et XXème siècles). Plus souvent que la vieillesse la notabilité est un naufrage. Installation de l’identité contre l’égalité. "L’exacerbation du national contre la fraternité du social, la hiérarchie des origines…sous prétexte d’une protection contre l’étranger…cette idéologie de la préférence prétendument nationale…rejette ensemble la France telle qu’elle et telle qu’elle vit". Là se dresse le J’accuse de ZOLA "Les juifs, résume-t-il sont accusés d’être une nation dans la nation", présage des chimères actuelles sur l’ennemi intérieur d’un islam menaçant. Ainsi aboutit-on au toutes les civilisations ne se valent pas (C. Guéant 2012) face à qui S. Letchimy rappelle que ces idéologies européennes donnent naissance aux camps de concentration au bout d’un long chapelet esclavagiste et colonial - allusion à Aimé Césaire panthéonisé ! D’ailleurs l’extrême droite actuelle repose sur l’abrogation de toute équité " Ou plutôt le rétablissement d’une hiérarchie qu’elle juge naturelle et qu’elle oppose à la philosophie républicaine du droit naturel". Alors, à l’opposé d’E. Glissant "Tu échanges, changeant avec l’autre sans pour autant te perdre ni te dénaturer", devant une soi-disant visibilité des musulmans dans l’espace public l’impératif d’assimilation est une euphémisation de la disparition. Une façon de souhaiter que les musulmans de France à quelque degré qu’ils soient ne soient plus. "C’est un homme qui a peur" (J. P. Sartre Réflexion sur la question juive). RefuswideChip.jpg d’admettre l’Autre comme tel, à moins qu’il ne se dissolve dans un universel fumeux sans juif, sans arabe, sans noir ! Éminente crainte de soi, sorte de culpabilité devant l’impossibilité de s’assumer librement et clairement dans un monde incompréhensible…

Recours à la religion ? "Les religions sont-elles réactionnaires ?" pasteur Stéphane Lavignotte (Textuel). Depuis le milieu du XXe siècle s’est creusé une impasse entre croyants et institutions religieuses. Les premiers bâtissent leur foi hors dogmes, ainsi les plus traditionalistes,devenus à l'intérieur des églises plus influents en nombre, projettent une impression d’échec et de citadelle assiégée. Ils se crispent parce qu'ils savent déjà que leur cause est perdue. « Souvent, la religion est présentée par les militants de gauche comme un bloc monolithique, une «essence» détachée de la réalité sociale. Pourtant, ayant dans leur bagage intellectuel le marxisme et la sociologie, ils devraient savoir que les faits religieux sont des faits sociaux comme les autres, traversés par la lutte des classes, ayant leur histoire, leurs contradictions internes, leurs imaginaires en perpétuelle évolution, qui peuvent être aussi bien révolutionnaires que réactionnaires… La Bible est comme une vaste bibliothèque où l'on trouvera Lénine et Finkielkraut. En tant que croyant, mon interprétation est que Dieu organise le débat et laisse les humains libres et responsables face à lui et au monde. Une lecture plus sociologique y verra le fruit des mouvements de l'histoire ». Quand Nicolas Sarkozy somme le cheikh de l'université islamique d'Al-Azar de prendre position sur le voile ou crée le Conseil français du Culte musulman (CFCM), il appliquer à l'islam l’image de la hiérarchie catholique qui indique aux croyants ce qu'ils doivent croire. Or l'islam ne ne se comporte pas de la même manière: il est fondé sur les pratiques non le dogme. Et si les pratiques les plus visibles de l'islam (port du voile, prescriptions alimentaires, etc.) nous choquent, c'est aussi parce que, depuis saint Paul, le christianisme se méfie des rites ostentatoires et privilégie la foi intérieure….

Dans ces 3 ouvrages l’intensité du propos nous élève enfin au-dessus des querelles partisanes maléfiques dénuées de générosité et d’idéal. A nous de nous prendre en main pour accomplir notre rôle et le libre exercice de nos talents de démocrates !

Anne-Flore Urielle   (illustration : "Guernica" Picasso)


Catégorie : ARTICLES - ACTUALITE
Page lue 2622 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !