Texte à méditer :  

Rêver un impossible rêve
Porter les chagrins des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir ou personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer même trop même mal
Tenter sans force et sans armure
D'atteindre l'inaccessible étoile
Telle est ma quête
Suivre l'étoile ...

  
Jacques Brel
 
ARTICLES
CITATION

  « Je relis Les Caractères, si claire est l’eau de ces bassins qu’il faut se pencher longtemps au-dessus pour en comprendre la profondeur » André Gide

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 40 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.abrulepourpoint.fr/data/fr-articles.xml

« LA SERVITUDE VOLONTAIRE »  POSTÉRITÉ

Etienne de La Boétie (1530/63)

  Dans "La Servitude Volontaire" La Boétie affirmait, arguments à l’appui, que seule l’acceptation des asservis et non la puissance des tyrans, fondait la tyrannie. Bizarre, féru d’humanités, il élude, cependant, la démocratie athénienne:"Pourtant ne veux-je pas pour cette heure débattre cette question tant disputée : si les autres façons de république [formes de gouvernement] sont meilleures que la monarchie. Encore voudrais-je savoir, avant de mettre en doute quel rang la monarchie doit avoir entre les républiques, si elle doit y avoir un, parce qu’il est malaisé de croire qu’il y ait quelque chose de public en ce gouvernement où tout est à un. Mais cette question est réservée pour un autre temps, et demanderait bien son traité à part, où plusieurs amèneraient avec soi toutes les disputes politiques". Avec l’absolutisme (Louis XIV) un tel texte connut les oubliettes jusqu’à la AVT_Hannah-Arendt_6776.jpegRévolution de 1789. Les chefs révolutionnaires, MARAT en tête avec "Les chaines de l’esclavage"(Londres 1774) célébrèrent ce discours allant jusqu’à le plagier… Au XIXème siècle LAMENNAIS, relança l’œuvre dès 1835. Ainsi, elle est régulièrement réimprimée, devenant une source pour toute lutte contre l’injustice politique et le principe de la désobéissance civile, notamment chez LEON TOLSTOÏ qui traduira le Discours de la servitude volontaire en russe ou chez Gandhi et Martin Luther King.

Plus près de nous, HANNAH ARENDT s’aida de ce texte pour analyser le système totalitaire qui s’appuyait sur l’adhésion des masses ou la théorie du pouvoir de MICHEL FOUCAULT. Néanmoins, quelques divergence se font jour entre la Servitude Volontaire et MAX WEBER, KARL MARX et FRIEDRICH ENGELS, ainsi que l’assujettissement pensé par LOUIS ALTHUSSER ou de la violence symbolique de PIERRE BOURDIEU. L’approche comparative permet alors d’éclairer le Discours à travers la cette confrontation des apparences similaires.

Pour les fondateurs du marxisme, la science décortique les ressorts des rapports sociaux. On doit, donc, combattre la fausse conscience que les individus ont de la réalité qui désoriente les rapports entre conscience et vie en intervertissant la réalité :"Que démontre l’histoire des idées, si ce n’est que la production intellectuelle se transforme avec la production matérielle ? Les idées dominantes d’une époque n’ont jamais été que les idées de la classe dominante"(Marx K. et Engels). Lucidité voisine de la théorie de l’habitude chez La Boétie : les prolétaires ne se rendent pas compte qu’ils sont enchainés, comme les individus soumis au tyran. Les marxistes n’écartent d’ailleurs pas la répression, dont sert la bourgeoisie. Mais, ils se proclament moins défaitistes que La Boétie sur l’aptitude du prolétariat pour s’en sortir grâce à une avant-garde éclairée, les communistes. Au-delà de l’habitude, comment façonner leur détermination ? Pour La Boétie, l’oubli de la liberté est entretenu par la ruse du tyran. L. Althusser ajoute à la théorie de K. Marx et F. Engels, le rôle actif et presque autonome de la superstructure sur l’infrastructure : l’idéologie instruit le sujet qui reconnaîtra comme une évidence le monde qui l’entoure, se reconnaîtra en même temps comme sujet de ce monde (il est père, ouvrier, croyant, etc.) jusqu’au reflet d’un Sujet transcendant que qu’on a conçu face à lui : Dieu, la Nation, l’Humanité, learticle-1302061-001FD4B000000258-628_306x423.jpg Prolétariat. C'est-à-dire la construction de son identité. L’ignorance dissimule au sujet son assujettissement, tandis que l’idéologie garantit la propagation des rapports de production et assied la domination sociale. Concept, en apparence, plus dense dans les pas de La Boétie. Mais une différence fondamentale: pour L. Althusser ne sortant jamais de l’idéologie, on ne retrouve jamais la conscience de son état naturel, celui d’homme libre, parce qu’un tel état n’existe pas. Ce que les individus se représentent dans l’idéologie s’avère loin de la réalité profonde de leur existence. Les liens de production qui s’inscrivent dans des rituels prescrits par les appareils d’État :"l’École (mais aussi d’autres institutions d’État comme l’Église, ou d’autres appareils comme l’Armée) enseignent des “savoir-faire”, mais dans des formes qui assurent l’assujettissement à l’idéologie dominante, ou la maîtrise de sa “pratique”. Tous les agents de la production, de l’exploitation et de la répression, sans parler des “professionnels de l’idéologie” (Marx) sont “pénétrés” par cette idéologie, pour s’acquitter “consciencieusement” de leur tâche – soit d’exploités (les prolétaires), soit d’exploiteurs (les capitalistes) soit d’auxiliaires de l’exploitation (les cadres) soit de grands prêtres de l’idéologie dominante (“ses fonctionnaires”)" (Althusser, 1976). Ruse inéluctable inébranlable du tyran qui provoque la servitude volontaire ?

"La violence symbolique est, pour parler aussi simplement que possible, cette forme de violence qui s’exerce sur un agent social avec sa complicité"(BOURDIEU 1992). Ainsi s’installent nettement les liens avec la Servitude Volontaire. Là, une servitude complice ! Et l’auteur précise souvent en quoi Bourdieu.jpegl’accord du dominé n’est en rien un acte de sa volonté :"La violence symbolique est cette forme particulière de la contrainte qui ne peut s’exercer qu’avec la complicité active – ce qui ne veut pas dire consciente et volontaire – de ceux qui la subissent et qui ne sont déterminés que dans la mesure où ils se privent de la possibilité d’une liberté fondée sur la prise de conscience" (Bourdieu, 1989). On est loin de la domination acceptée en toute conscience chez M. Weber ! Pour Bourdieu:"La reconnaissance de la légitimité n’est pas, comme le croit Max Weber, un acte libre de la conscience claire"(1997). L’essentiel de la théorie repose sur le fait que la complicité s’exerce "dans l’obscurité des dispositions de l’habitus, où sont inscrits les schèmes de perception, d’appréciation et d’action qui fondent, en deçà des décisions de la conscience et des contrôles de la volonté, une relation de connaissance et de reconnaissance pratique profondément obscure à elle-même". On perçoit, d’une certaine manière, la même intuition constructiviste qu’avec l’explication par l’habitude de La Boétie, mais l’habitus explique là où l’habitude se contente de décrire. À l’instar des marxistes, P. Bourdieu ne se limite pas à un examen phénoménologique appréhendant l’intuition du monde façonnée par une conscience et donc structurée par elle. Comme La Boétie, il entend fournir l’explication de cette structuration :“l’attitude naturelle” des phénoménologues, "c’est-à-dire l’expérience première du monde comme allant de soi, est un rapport socialement construit […] : s’ils ont raison de rappeler, contre la vision mécaniste, que les agents sociaux construisent la réalité sociale, ils omettent de poser la question de la construction sociale des principes de construction de cette réalité que les agents mettent en œuvre dans ce travail de construction, individuel et aussi collectif, et de s’interroger sur la contribution de l’État à cette construction" (Ibid.)

Antoine Fignes


Catégorie : - REFLEXION
Page lue 2131 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !