Texte à méditer :  

Rêver un impossible rêve
Porter les chagrins des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir ou personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer même trop même mal
Tenter sans force et sans armure
D'atteindre l'inaccessible étoile
Telle est ma quête
Suivre l'étoile ...

  
Jacques Brel
 
ARTICLES
CITATION

  « En lui était la vie et la vie était la lumière des hommes" évangile de Jean

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 40 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.abrulepourpoint.fr/data/fr-articles.xml

POÉMES de LOUISE MICHEL

POUR JEAN-BAPTISTE CLEMENT (1903)

                                                                                                                                  VICTOR HUGO pour Louise Michel

 Ayant vu le massacre immense, le combat
Le peuple sur sa croix, Paris sur son grabat,
La pitié formidable était dans tes paroles.
Tu faisais ce que font, les grandes âmes folles
Et, lasse de lutter, de rêver, de souffrir,
303px-Eugene_Delacroix_-_La_liberte_guidant_le_peuple.jpgTu disais : « J'ai tué ! » car tu voulais mourir.
Tu mentais contre toi, terrible et surhumaine.
Judith la sombre Juive, Aria la Romaine
Eussent battu des mains pendant que tu parlais.
Tu disais aux greniers : « J'ai br0lé les palais ! »
Tu glorifiais ceux qu'on écrase et qu'on foule.
Tu criais : « J'ai tué! Qu'on me tue! - Et la foule
Écoutait cette femme altière s'accuser.
Tu semblais envoyer au sépulcre un baiser ;
on œil fixe pesait sur les juges livides :
Et tu songeais, pareille aux graves Euménides.
La pâle mort était debout derrière toi.
Toute la vaste salle était pleine d'effroi.
Car le peuple saignant hait la guerre civile.
Dehors on entendait la rumeur de la ville.
Cette femme écoutait la vie aux bruits confus
D'en haut. dans l'attitude austère du refus.
Elle n'avait pas l'air de comprendre autre chose
Qu'un pilori dressé pour une apothéose :
Et, trouvant l'affront noble et le supplice beau
Sinistre, elle hâtait le pas vers le tombeau
Les juges murmuraient : « Qu'elle meure! C'est juste
Elle est infâme.  À moins qu'elle ne soit auguste »
Disait leur conscience. Et les juges, pensifs
Devant oui, devant non, comme entre deux récifs
Hésitaient, regardant la sévère coupable.
Et ceux qui, comme moi, te savent incapable
De tout ce qui n'est pas héroïsme et vertu.
Qui savent que si l'on te disait: « D'où viens-tu ? »
Tu répondrais : « Je viens de la nuit où l'on souffre ;
Oui, je sors du devoir dont vous faites un gouffre!
Ceux qui savent tes vers mystérieux et doux,
Tes jours, tes nuits, tes soins, tes pleurs donnés à tous.
Ton oubli de toi-même à secourir les autres
Ta parole semblable aux flammes des apôtres ;
Ceux qui savent le toit sans feu, sans air, sans pain
Le lit de sangle avec la table de sapin
Ta bonté, ta fierté de femme populaire.
L'âpre attendrissement qui dort sous ta colère.
Ton long regard de haine à tous les inhumains
Et les pieds des enfants réchauffés dans tes mains :
Ceux-là, femme, devant ta majesté farouche
Méditaient, et malgré l'amer pli de ta bouche
Malgré le maudisseur qui, s'acharnant sur toi
Te jetait tous les cris indignés le la loi
Malgré ta voix fatale et haute qui t'accuse
Voyaient resplendir l'ange à travers la méduse.
Tu fus haute, et semblas étrange en ces débats :
Car, chétifs comme sont les vivants d'ici-bas.
Rien ne les trouble plus que deux âmes mêlées
Que le divin chaos des choses étoilées
Aperçu tout au fond d'un grand coeur inclément
Et qu'un rayonnement vu dans un flamboiement.
Ayant vu le massacre immense, le combat
le peuple sur sa croix, Paris sur son grabat,
La pitié formidable était dans tes paroles.
Tu faisais ce que font, les grandes âmes folles
Et, lasse de lutter, de rêver, de souffrir,
Tu disais : « J'ai tué ! » car tu voulais mourir.
Tu mentais contre toi, terrible et surhumaine.
Judith la sombre Juive, Aria la Romaine
Eussent battu des mains pendant que tu parlais.
Tu disais aux greniers : « J'ai brûlé les palais ! »
Tu glorifiais ceux qu'on écrase et qu'on foule.
Tu criais : « J'ai tué! Qu'on me tue! - Et la foule
Écoutait cette femme altière s'accuser.
Tu semblais envoyer au sépulcre un baiser ;
Ton oeil fixe pesait sur les juges livides :
Et tu songeais, pareille aux graves Euménides.

« La neige a recouvert les rouges cerises
Et les bouquets blancs des arbres en fleur.
Par les froides bises
Sont les lourds frimas de l’hiver en crise.
Lorsque reviendront les étés en fleur
Il sera parmi les poussières grises
Que l’infini roule éternel semeur.
Ensemble jadis nous disions les rêves
Que chaque jour fait pour tous plus réels
Sur les vastes grèves
Du progrès sans fin, maudissant les glaivescerise.jpg
Les maîtres les dieux les sanglants autels.
Menant le combat où sans lâches trêves
Du juste et du beau l’on dit les appels.
A l’heure terrible où prêtant mainforte
Au lointain passé stupide et sanglant
L’horrible cohorte
Des soldats croyant la Commune morte
Au rouge abattoir allait égorgeant.
Comme un dernier souffle au vent qui l’emporte
Passa la mitraille en un coup géant.
Satory trembla de ce coup énorme
Ces derniers étaient les Ferré Clément
Pour seul uniforme
En rouge ceinture et charmante forme
Est une orpheline au gouffre tonnant
Champy, Vermorel, Varlin, dix en somme
Et Lissagary, Cambon ; groupe ardent.
Moi, dans Sartory, j’étais prisonnière
Sentant dans mon cœur que c’était la fin
Que se fermerait l’ère.
Je dis : la Commune est vivante et fière
Eux furent troublés mais je savais bien
Qu’on allait encore ramper en arrière
Dans les lourdes nuits d’un temps incertain.
C’est ce souvenir, fleur toujours vivante
Qu’aujourd’hui je jette encore poignant
La tombe béante
De nos yeux sans pleurs en rosée ardente.
Reçoit chaque larme en goutte de sang.
Et nous ignorons si dans la tourmente
Notre cœur est mort ou s’il est vivant. »


Catégorie : - POESIE
Page lue 2116 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !